Destination Guadeloupe

Après quelques heures de vol vous atterrirez en Guadeloupe sous un climat tropical humide. Ce département d'outre mer situé dans l'arc des petites Antilles est composé de deux îles juxtaposées en forme de papillon. 

La Basse terre qui est volcanique et montagneuse est recouverte en grande partie par une forêt dense et humide à travers laquelle s'écoulent des magnifiques rivières qui se jettent tout autour de l'île. Une grande partie de la chaîne montagneuse est classée parc national et protégée.

La grande terre est en majorité plane et calcaire recouverte d'une végétation plus sèche. Elle est connue pour ses grandes plages de sable clair et ses lagons aux eaux cristallines.

Les deux îles sont séparées par la rivière salée qui n'est autre qu'un bras de mer. Celui-ci relie le petit cul de sac marin coté océan Atlantique, exposé à la houle dominante au grand cul de sac marin coté mer des caraïbes, abrité de la houle dominante.

La rencontre de ces deux îles si différentes offre une diversité de paysages et d'écosystèmes aquatiques unique dans la caraïbe: rivières, plages, lagons, barrières de corail, îlets, mangrove, tombants, entre mer et océan.

Ici la pêche est avant tout un moyen ancestral de se nourrir, elle est très populaire tout autour de l'île.

La pêche au gros est bien représentée notamment grâce au Guadeloupe Marlin Club et aux tournois qu'ils organisent.

La pêche de loisir au leurre et à la mouche se développe depuis quelques années sur l'île. Elle prend son essor grâce aux passionnés et aux guides de pêche.

L'île commence à être fréquentée surtout de novembre à mars et c'est devenu tout un art d'arriver à leurrer des poissons de plus en plus sollicités.

La pression de pêche du bord est importante et la plupart des zones accessibles à pied sont surpêchées. La recherche de gros poissons prédateurs du bord devient très technique, il faut avoir une réelle connaissance de son territoire et s'armer de patience pour réussir à les débusquer.

La pêche au leurre du bord est un excellent moyen de découvrir l'île, une canne de 2m40 et  de puissance de lancer 10-40 gr avec un moulinet de taille 3500 garni de tresse de 20lbs seront passe partout.

Vous pourrez pêcher à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, sans avoir besoin de permis de pêche. Attention il est toutefois important de respecter la loi sur la pêche de plaisance et les zones d'interdiction de pêche (réserves du parc naturel et zone clordécone). Si vous souhaitez consommer du poisson référez vous aussi à la liste des espèces touchées par la cyguatéra.

L'île est bercée par les Alizés qui soufflent de secteur Est Sud-Est à 20km/h en moyenne. Il arrive aussi que le vent tombe ou qu'il se mette à tourner dans un ouragan.

Les sargasses viennent s'échouer par grands bancs sur les rivages de la façade Atlantique à partir du mois de mars.

On y parle le français et le créole, pas beaucoup l'anglais ni l'espagnol. 

De nombreux hébergements sont disponibles sur place, des hotels, des bungalows, des chambres d'hôtes... Le camping n'est pas dans les habitudes des guadeloupéens, il est plutôt déconseillé.

Les transports en commun sont quasiment inexistants, une voiture est nécessaire pour visiter l'île et vous rendre sur les spots de pêche.

Vous trouverez des restaurants, des bars, des boulangeries et des camionnettes le soir tout autour de l'île.